FAQ

Nous répertorions ici les questions qui reviennent fréquemment. D’une manière générale, un bon brasseur doit avoir du bon sens. Il est donc important d’être avant tout simple et pragmatique et de ne pas se poser de questions inutiles. Ceci dit, il n’y a pas de questions idiotes et nous répondons bien sûr à toutes.

Avec les kits de recharge à froid, il est difficile de rater sa préparation. Il suffit de suivre la recette. Attention toutefois à 2 choses :


• Bien nettoyer le matériel avec le produit Chemipro en démontant tous les accessoires (robinet, transvaseur, barboteur, ..) Rincer avant usage. Idem pour les bouteilles qui doivent être rincées dès qu’elles sont vides et re-nettoyées avant embouteillage.


• Ne jamais brûler la levure. Tout contact entre la levure et le chaud la tue et la rend donc inefficace. Le mieux est de préparer un levain en la réhydratant avec un peu d’eau.

Non, c’est inutile. Certes, l’eau du robinet contient du chlore mais il faut savoir que 90 % de celui-ci se volatilise après 1 heure à l’air libre. Vous pouvez par précaution, tirer votre eau à l’avance, la fouetter un peu puis la laisser reposer. Vous pouvez également la faire bouillir pour la stériliser. Dans ce cas, bien laisser tomber la température du moût avant de mettre la levure (max 25°C).

Dès le second jour, votre barboteur doit commencer à buller. Si ce n’est pas le cas, vérifiez ces quelques points :


• Le couvercle et le barboteur sont-ils bien hermétiques,
• Y-a-t-il de l’eau dans le barboteur,
• Votre pièce est-elle suffisamment chaude (20 à 24 °c),
• Avez-vous scrupuleusement respecté la recette et l’ajout de sucre éventuel,
• Avez-vous ajouté la levure et ne l’avez-vous pas brulé,


N’ouvrez pas le couvercle, vous risquez de faire plus de mal que de bien. Vous pouvez remuer le seau pour activer un peu le processus de fermentation. Sentir également si le dégazage n’a pas un odeur vinaigrée ou acide.

Vaste question. La bière est un mélange d’eau, d’alcool et de glucides. L’alcool est moins dense que l’eau mais généralement la bière est plus dense que l’eau car les sucres, gluten, maltose, etc compensent en poids largement l’alcool. Si on y plonge un alcoomètre, il va donc surnager et indiquer un degré « négatif ». La solution idéale consiste à reprendre vos manuels de chimie-physique et à faire quelques savants calculs de proportion. En particulier, la méthode la plus sûre consiste à éventer la bière pour faire disparaitre le Co2 puis de peser un litre, le distiller et repeser l’alcool et le résidu du distillat séparément. En clair, c’est loin d’être facile et donné à tout le monde.

Posez-nous votre question !

Votre question :

La question a correctement été envoyée